Newsletter

Appels et photos des campements des « Indigné-e-s » à Liège et à Bruxelles
Par LCR-Web le Mardi, 31 Mai 2011 PDF Imprimer Envoyer

Le jeudi 26 mai, le jeune mouvement « Democracia real ya » en Belgique, constitué essentiellement d’expatriés de l’État espagnol, décidait d’organiser un camp pour le week-end du 28 et 29 mai sur la place du « carré de Moscou » à Saint-Gilles, Bruxelles, ainsi qu’à la Place Saint-Lambert à Liège. Depuis lors, ces camps ont attiré de nouveaux cercles de participant-e-s, avec plus de « Belges » ou de résidents permanents en Belgique. À Liège, une centaine de personnes occupent la place en permanence et les assemblées générales bruxelloises rassemblent entre 200 et 300 personnes. Ces assemblées ont décidé de maintenir ces camps, auto-organisés à l’image de leurs aînés à la Puerta del Sol ou à la Plaza Catalunya : tentes, cuisines, toilettes sèches, ont poussé comme par magie grâce à l’énergie collective et participative ou le soutien de voisins. Assiste-t-on au début d’un mouvement similaire à l’Espagne  — ou à la Grèce désormais, comme en témoigne la présence d’une délégation de Grecs de Belgique au camp de Saint-Gilles à l’assemblée de ce dimanche — chez nous ? C’est encore trop tôt pour l’affirmer, surtout au vu du contexte politique très spécifique dans ce pays, mais il est certain que les mêmes causes provoquent les mêmes effets, que la crise d’un capitalisme mondialisé entraîne également celle des résistances. S’il n’y a pas de lame de fond chez nous, le mouvement des « indignés » espagnols suscite en tous les cas un grand intérêt et une large sympathie. Dans ces premiers camps en Belgique, malgré quelques difficultés du fait d’assemblées générales dont la composition sociale change régulièrement, des groupes de travail et des commissions fonctionnent pour gérer ces espaces publics où l’on se réapproprie la parole, où l’on reprend son destin en main. Nous reproduisons ci-dessous les premiers communiqués et appels des camps de Bruxelles et de Liège ainsi que quelques photos. (LCR-Web).


Communiqué du campement du Carré de Moscou 30/05/2011

Les mobilisations au Maghreb, en Europe et dans le reste du monde ont traversé les frontières et trouvent aujourd'hui un écho en Belgique (Gand, Liège, Bruxelles) à travers la constitution d'un mouvement spontané.

Ce mouvement est composé de personnes jeunes et moins jeunes, de toutes opinions, qui viennent du monde entier et qui vivent en Belgique. Leur point commun est d'être indigné-e-s par la situation politique, économique et sociale.

En Belgique comme ailleurs, la démocratie est confisquée par des gouvernants qui ne nous représentent pas, et nous imposent des conditions d'existence de plus en plus précaires.

Nous sommes là pour construire et expérimenter d'autres formes d'organisations collectives. Nous occupons actuellement le Carré de Moscou à Saint-Gilles (Bruxelles) de manière déterminée, dans le respect de la vie de quartier.

Cette action est pacifique et est ouverte à toutes et à tous.

Ces mardi 31/05/2011 et jeudi 02/06/2011: Assemblées poulaires.

Vous êtes les bienvenu-e-s aux assemblées!















Appel de l'assemblée populaire de la place Saint-Lambert, Liège-Belgique

Depuis vendredi 27 mai 2011 une occupation de la place Saint-Lambert a lieu à Liège. Celles et ceux qui viennent ici, sont là sans appartenance particulière, sans qualité propre qui les distinguerait des autres, sans titre spécifique qui leurs donnerait du pouvoir sur d'autres, ne représentant aucun parti, ni aucune organisation, seulement leur propre voix, et se retrouvant dans un désir commun de transformation radical. Aujourd'hui, dimanche 29  mai, l'assemblée populaire /a approuvé -- temporairement (pour 24 heures) - les positions suivantes :

Nous partageons le constat selon lequel ce que l'on appelle « démocratie » n'est plus qu'un pouvoir soumis aux intérêts du marché et des puissances qui détruisent la Terre, les communautés qui restent, et les droits sociaux. Alors que les dernières élections ont montré que le système parlementaire est irréversiblement malade, nous construisons un « pouvoir populaire » en un lieu de la ville qui devient un espace d'expériences ouvert et collectif.

Nous nous déclarons en sécession avec toutes formes de gouvernement qui prétend représenter le peuple, parler en son nom, défendre ses intérêts ou qui confisque son pouvoir purement et simplement. En conséquence nous ne reconnaissons plus aucun pouvoir aux institutions que nous n'aurons pas crée nous-même.

Le peuple seul est souverain, personne n'est légitime à le représenter ou à parler en son nom.

Nous prenons place au sein d'un mouvement révolutionnaire qui passe par de nombreux points de par le monde : Espagne, Egypte, Tunisie, Libye, Barheïm, Syrie, Grèce, France, Mexique, etc.

Seule la construction d'une puissance commune de penser, d'agir, de rêver, de s'organiser, de lutter, d'aimer est en mesure de créer et de favoriser ici et maintenant, place Saint-Lambert comme ailleurs, les alternatives porteuses d'espoir et de vie.

Ce mouvement vise au renversement du capitalisme et à la réappropriation de la politique par les peuples.

Celles et ceux qui se rassemblent au sein de l'assemblée populaire /de la place Saint-Lambert n'ont pas la prétention d'être « le peuple » mais un espace-peuple en devenir, des fractions disséminées, des espaces de rencontre assemblés en un lieu.

L'assemblée populaire est seule souveraine des décisions prises pour sa vie en ce lieu.

L'espace de l'assemblée populaire appartient à celles et ceux qui sont là, avec ou sans-papier, sans différence de sexe, de race, de conviction religieuse...

Rejoignez-nous place Saint-Lambert pour se rencontrer, discuter, débattre, construire, camper…

Assemblées populaires à 14H00 et 21H00

Infos sur www.democraciarealya-lieja.blogspot.com

Voir ci-dessus