Newsletter

Manifestation pour le climat et la solidarité: 4.000 personnes dans les rues de Bruxelles!
Par LCR-web le Dimanche, 09 Décembre 2007 PDF Imprimer Envoyer
La manifestation pour le « climat et la solidarité », co-organisée par la Coalition Climat et l’Appel « Climat et justice sociale » a rassemblé 4.000 personnes ce samedi 8 décembre dans les rues de Bruxelles. Une manifestation qui s’inscrivait dans le cadre d’un appel international (des activités ont eu lieu dans une soixantaine de pays) à l’occasion du sommet des Nations Unies sur le climat à Bali. Cette manifestation bruxelloise a été un véritable succès, à plus d’un titre.

Il faut d’abord souligner qu’il s’agissait de la première grande manifestation de rue organisée sur ce thème en Belgique. La plupart des organisateurs estimaient qu’une participation entre 2.000 et 5.000 personnes constituerait une réussite. Résultat ; malgré des conditions climatiques pour le moins exécrables (vent glacial et pluie continuelle), malgré la grève des conducteurs de train qui a sérieusement perturbé le trafic ferroviaire, c’est donc 4.000 personnes qui ont battu le pavé de la capitale afin d’exiger des mesures radicales mais solidaires pour lutter efficacement contre le changement climatique.

Sans oublier que les deux grandes organisations syndicales ont décidé de mettre le paquet pour leur manifestation nationale du 15 décembre prochain, ce qui a certainement influé sur leur participation ce samedi.

De plus, malgré la période des examens, on a pu constater un cortège jeune et dynamique ; des groupes constitués par des ONG (Greenpeace, WWF…), une forte délégation CSC, une représentation moindre de la FGTB ainsi que la présence de partis de la gauche radicale (PTB, LCR, MAS). Du côté des partis institutionnels, malgré le fait que la question du changement climatique ait constitué une thématique importante au cours de la dernière campagne électorale législative, seuls Ecolo et Groen étaient notablement représentés, les autres partis, PS en tête – malgré sa tentative de se profiler sur les questions écologiques et sociales - ont brillé par leur absence.

Cette mobilisation réussie constitue ainsi un succès non négligeable pour l’Appel « Climat et justice sociale », sans lequel cette manifestation aurait été impossible puisqu’il a pu convaincre la Coalition Climat de mener ensemble une telle initiative. Climat et justice sociale compte à présent mener campagne dans les mois à venir afin de construire un véritable mouvement d’action.

La LCR, qui a activement participé à la mobilisation, se réjouit de ce succès prometteur du 8 décembre. Nous étions activement présents avec un stand, notre matériel de campagne anticapitaliste ; des autocollants et des journaux « Changer le monde, pas le climat », dont plus d’un millier d’exemplaires ont été diffusés tandis que plusieurs dizaines d’exemplaires de La Gauche et Rood ont également été vendu.


Défendre le climat, dans la justice sociale !

Intervention de Daniel Tanuro, de Climat et Justice sociale, à la manifestation du 8 décembre

Pour sauver le climat, le nouveau président équatorien Rafael Correa est prêt à ne pas exploiter un énorme gisement de pétrole dans son pays. Il demande en échange une aide internationale. Au nom de « Climat et Justice sociale »,  je propose à tous les organisateurs de la manifestation de demander ensemble au gouvernement belge d’appuyer le président Correa.

« Climat et justice sociale », se félicite de cette manifestation et de la très large unité d’action. Ce n’est qu’un début. Ayons de l’ambition. Ensemble, fixons-nous l’objectif de construire un mouvement mondial de mobilisation pour le climat.  150.000 personnes ont manifesté en Australie le 11 novembre… et le nouveau gouvernement australien a ratifié Kyoto. Voilà la voie à suivre. Sortons de l’individualisme. Ensemble, par la mobilisation de millions et de centaines de millions de gens, obligeons les gouvernements et le monde des affaires à prendre les mesures structurelles qui s’imposent.

Dans ce grand mouvement unitaire, nous, « Climat et justice sociale », avons une démarche spécifique. Nous ne nous adressons pas de la même manière à toute la population. Nous nous adressons aux victimes. Aux paysans du Sud ruinés par les multinationales. Aux habitants des bidonvilles - vêtus de trous, nourris d’ordures. Aux étrangers qu’on méprise, aux réfugiés qu’on repousse parce qu’ils veulent un peu de notre confort. Aux peuples indigènes spoliés de leurs ressources. Aux femmes opprimées. Au monde du travail, aux exploités. Nous leur disons : vous êtes les victimes, réagissez. Défendez le climat à votre manière, dans la justice sociale. Sinon les gouvernements et le monde des affaires vous feront payer la facture deux fois.

Il n’y a qu’une seule planète Terre, il n’y a qu’une seule science du climat  et il n’y a qu’une seule conclusion qui en découle : il faut réduire les émissions de 80%, au moins. Mais plusieurs politiques peuvent être menées au nom du climat. La politique qui est menée aujourd’hui est une politique libérale. Elle rend les riches plus riches et les pauvres plus pauvres, au nom de la croissance et du profit. Au mieux, cette politique sauvera le climat pour les riches. Nous la refusons. Nous voulons qu’on sauve le climat pour tous, par la redistribution des richesses et la gestion économe des ressources. C’est pour cela que nous luttons.






































Voir ci-dessus